Chronique David Castonguay: Viking gone wild!

Il fut une époque où l’on croyait que l’Amérique avait été découverte par Christophe Colomb (en 1492). Aujourd’hui, n’en soyez pas si sûr! Des sites archéologiques dans la province de Terre-Neuve (l’anse aux Meadows) ont démontrés qu’il y a bel et bien eu des européens scandinaves (des Vikings quoi) au Canada, 500 ans avant Colomb.

Pour réussir la traversée de l’Atlantique à cette époque, il a fallu un brin de folie. Ces vikings étaient-ils des « sauvages » ou des « gentlemans »? 
Chose certaine, en arrivant ici, ces Vikings sont tous devenus Sauvages!

Vikings Gone Wild (2017).

Petite introduction avec une parcelle de vérité, choisissez la partie véridique qui vous convient.
Je fais donc cette chronique sur un jeu qui date de 2017, mais que j’ai découvert seulement tôt en 2018.

Dans Vikings Gone Wild, nous incarnons un clan de vikings, dans lequel nous devons construire un village, afin d’assurer la défense de son clan. Nous formons aussi des guerriers (ou héros) pour attaquer les clans voisins. Un peu comme le jeu vidéo du même nom.
Nous avons même l’aide de certains dieux nordiques et/ou de leurs équipements, tels que le sceptre de Loki, le Mjöllnir (marteau de Thor) ou Thor lui-même.

Temps de jeu : 45-90 minutes
Nombre de joueurs : 2-4

La mécanique de ce jeu de cartes est fort simple : Deck building.
C’est un jeu qui mélange à la fois la gestion de ressources, la construction de bâtiments et les combats. Justement, les combats sont simples et courts. Même si les bâtiments se font malmener lors des altercations, ils ne sont jamais détruits (ce que j’apprécie grandement d’ailleurs). Bref, un gros STR (Stratégie en Temps Réel) comme les plus connus Warcraft/Starcraft mais en cartes.

Les ressources du jeu sont l’or et la bière. Souvent nous utilisons la bière pour acheter des guerriers et l’or pour des bâtiments. Il y a toujours des cas d’exception, évidemment.

Chaque joueur a son petit plateau de jeu pour installer ses cartes (Défausse, Deck, Quêtes, etc.). La mise en place est relativement simple et bien décrite dans le livre des règles.

But du jeu : Avoir le plus de points à la fin de la partie.

Comment faire des points :
– en attaquant les bâtiments adverses;
– en réussissant la défense de son village;
– en améliorant son Hôtel de ville au niveau 3 (le plus élevé);
– en complétant des Quêtes sur son plateau de jeu;
– en complétant l’une ou plusieurs cartes « mission de fin de partie »;
– en stockant au maximum une ou les deux ressources sur ses bâtiments prévus à cet effet à la fin de son tour;
– en combattant des monstres.
– etc.

Afin d’améliorer leur deck, les joueurs pourront acquérir sur le plateau central :
1) Des cartes défenses, pour défendre leur village contre les attaques des joueurs adverses;
2) Des cartes unités, pour attaquer les villages adverses ou autres trucs qui peuvent être attaqués (Draco ou des monstres sur la Voie d’Odin);
3) Des cartes héros, qui elles, sont comme des unités mais beaucoup plus fortes;
4) Des objets ou autres améliorations sur la Voie d’Odin (ça c’est 6 cartes visibles en tout temps et distribuées aléatoirement – à la manière de Star/Hero Realm);
5) Des cartes bâtiments, pour produire des ressources comme l’or et la bière (beaucoup de bières hahaha) ou pour améliorer son clan avec des Drakkars ou des Tavernes (j’en dis pas plus).

À son tour, le joueur peut faire plusieurs actions dans l’ordre de son choix. Il peut donc :
a) Acquérir une ou plusieurs carte(s) sur le plateau central;
b) Améliorer son Hôtel de ville, afin de pouvoir construire davantage de bâtiments;
c) Effectuer des échanges de ressources au marché;
d) Attaquer les bâtiments d’un joueur adverse;
e) Compléter une mission.

Voilà pour le tour d’horizon du jeu de base et de sa mécanique.

Mon avis :

J’adore ce jeu. J’y ai joué à 2 et à 3 joueurs. J’ai toujours autant de plaisir à y jouer (surtout avec ma fille de 8 ans – elle est solide dans les jeux de société). Je n’ai jamais joué à 4 joueurs. J’adore l’aspect de gestion mon deck, des ressources et des bâtiments tout à la fois. Le jeu n’est pas compliqué. Facile à apprendre, difficile à maîtriser. Un joueur débutant (mais qui connaît bien la mécanique de Deck Building) pourra avoir autant de plaisir et être compétitif qu’un joueur expérimenté, s’il garde en tête qu’il y a des objectifs de fin de partie qui rapportent beaucoup de points.

De plus, j’ai joué avec l’expansion Ragnarok, pour jouer Solo (Collaborateur Jeux solo – Nicolas Rondeau) et j’ai trouvé ça bien. Les cartes de défenses sont beaucoup plus importantes avec cette expansion. On peut y jouer aussi en mode COOP (pas encore essayé).
https://www.universludo.ca/p…/vikings-gone-wild-ragnarok-vf/

Enfin, j’ai eu le plaisir d’essayer la nouvelle expansion dernièrement : Master of Elements. Merci à celui qui me l’a fait essayer (il va se reconnaître 🙂). Un petit plateau supplémentaire est ajouté, sur lequel on installe des cartes artefacts et un « sorcier », qui lui, contrôle 3 éléments : le feu, l’eau et la nature. Cela a pour effet d’accélérer quelque peu le jeu avec la conversion de ces éléments en ressources, entre autres. Personnellement, j’adore cette expansion. Je ne l’ai pas encore mais ça s’en vient.
https://www.universludo.ca/…/vikings-gone-wild-masters-ele…/

À noter que je ne parle pas de tous les détails du jeu. Je vous laisse le plaisir de le découvrir par vous-mêmes.

Par: David Castonguay
GROUPE FACEBOOK JEUX SOCIÉTÉS J.G.A. DU QUÉBEC : https://www.facebook.com/groups/universludo.ca/

Vous pouvez vous procurer le jeu de base viking gone wild ici: https://universludo.ca/produit/vikings_gone_wild_fr/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *